Subscribe
The_grin_of_the_politician_and_Italy_thrown_away_in_the wind_small.png

Pierre Berthelot: Macron's foreign affairs policy and the Middle East

 
Monday, 24 July 2017 08:31
 
Rate this item
(3 votes)

Epos converses with Dr. Pierre Berthelot

by Eleonora Lamio (EPOS)
EPOS Conversations

 

EPOS, Eleonora Lamio: What will Macron do concerning terrorism which has hit France lately?  Which defence and security decisions will he take?

Pierre Berthelot: The issue of terrorism was one of Macron’s sporadic weak points (24% at the first round of the Presidential elections), as he is mainly a specialist in economics. However, this theme was strongly debated during the electoral campaign and has had a very relevant role in France since 2015 (since this year there have been 250 dead and hundreds of injured due to terrorism). This has permitted the extreme right candidate, Marine Le Pen (21% at the first round), to gain the second round, and the right candidate, François Fillon (20% at the first round) to end his campaign with an honourable score, despite his financial and personal scandals. Macron has announced and launched a task force which assembles the main intelligence services around a unique coordinator. Nevertheless, the fight against terrorism is a long-term battle, and an internal and external action must be led. Macron does not want to use radical methods, for instance, the immediate expulsion of foreign people with an “S file” (which means to be followed for political or religious radicality). The new president is, for now, partisan of the application of the law, since he considers that a suspect has the right to have a process; and after that, “human intelligence” will allow fighting against terrorism, and he is right.

Nowadays, some suspect him to be lenient regarding “political Islam” and affirm that he will not be ready to cope with this phenomenon. Of course, we should not confuse terrorism with Islamism, but if this confusion keeps on growing as it is now happening in France, we risk to weaken the fight against the monstrous rise of radical political Islam which is the jihadist terrorism.

Concerning the field of defence, he will keep devoting 2% of the national budget to this sector. At the same time, he has nominated Florence Parly as Minister, someone who does not have a relevant expertise in this field but is known for her knowledge of financial issues, which means that she will monitor any superfluous expense. On top of that, rooms for manoeuvre are tight due to a financial deficit smoothed by the previous government more than expected.

EPOS, Eleonora Lamio: What will Macron do to improve the integration of the foreign citizens in France?

Pierre Berthelot: To improve foreigners’s integration and overall French citizens with foreign origins is a priority. It is one of the flagrant failures of our country in the last 30 years and no government has solved this issue despite a large amount of resources, tens of thousands of euros or more, spent in in the field of “Politique de la ville” (integration policies). Looking at his future actions and results we will see if Emmanuel Macron will be able to change something regarding this issue; even if one of his ideas is to develop and promote the entrepreneurship. For example, he promoted the emergence of private drivers, like UBER ones, which, for a large part, come from delicate neighbourhoods where important foreign populations live. However, we wonder if it is a long lasting and ethic economic model since their income has fallen, the social protection is weak and the amount of work important.

EPOS, Eleonora Lamio: Was Macron’s election positively perceived by the Arab-origin population?

Pierre Berthelot: First of all, we should talk about Islamic origins, or even North Africans origins, since we often include in this terms persons who are not Arabic but Berbers. The reception is mixed, there are some positive aspects like the fact that Macron is known for not having a hostile attitude regarding the expression of the Islamic religion, even a very visible one. In fact, this aspect was very criticised by his right and/or extreme right opponents; since for example he is in favour of the wear of the veil in universities and private workplaces and accepts veiled women to accompany school trips. Plus, many Muslims were recently elected at legislative elections (3% of the Assemblée Nationale) and supported Macron; even if this percentage is inferior to their actual presence in French society (which is around 10%), this is an indisputable progress.

In addition, his right arm, Richard Ferrand, the head of the huge parliamentary group created by Macron, has financed the pro-Palestinian movement. Finally, in the last years, regarding Muslim population, there have been many laxist political promises, especially from Left governments. This is why Macron is a new hope, a new face, someone who is different from the others because he is not a professional and traditional politician. In fact, one-third of this population voted for Macron at the first round (only one-third because a large part did not vote like the overall French population), and even more at the second round, which is a great performance. The other third voted for MĂ©lenchon, the anti-capitalism and pro-Palestinian left candidate, and the other votes were spread among the others candidates.

However, the concern of the ones that did not support him came from the fact that he said that the recognition of Palestine as an actual State will be useless and that among the ones that supported him figured some pro-Israel groups, related to the entrepreneurial world for instance. Plus, the most disadvantaged ones (which are many among these populations) fear a social regression because of Macron’s economical position (he is very close to the right). Finally, among the 30 members of the new government, only one person comes from the Arabic and/or Muslim world and has a minor position. Therefore, he does worse than Sarkozy, the old right President less loved by this Arabic and Muslim population, but who had various persons in his government who came from this culture (like the Minister of Justice); or even François Hollande who had 3 Muslim Ministers. However, it is true that the number of deputies coming from this community increases a lot. And we still have to wait for the nominees of the high positions of the public function.

EPOS, Eleonora Lamio: Which will be Macron’s position on the Syrian crisis, considering the delicate relationship between Russia and the United States and their role in this one?

Pierre Berthelot: Regarding the Syrian crisis, France’s position is very delicate since in the last years it has been marginalised while it had a real expertise and an important influence since Syria was an ancient territory under French influence (from 1920 to 1945). Plus, France was, with Jacques Chirac, the only Western country to attend the memorial service of Hafez El Assad, father of the current Syrian President.

France has been discredited when ready to respond to the chemical attacks attributed to the Syrian regime in 2013, it had to step back at the last moment because it was left alone by the Americans. France has no longer the military capacity to act alone, so it must consider an alliance, but with who? The United States? It is hard to consider Trump as a reliable ally, and for him to have a long lasting and coherent vision. The European Union? The EU has not defined a united line regarding the Middle East, and we will see if Macron’s efforts will allow him to contribute to the construction of a strong one. Russia or Iran, Syria’s mains allies? Macron turned to this solution, and recently affirmed, in an interview regarding foreign policy, that Bachar Al Assad wasn’t France’s enemy, but Syrian people’s one, and that there may be a negotiation about Syria’s future, with however an exception, a “red line”: the use of chemical weapons. In this case France could act on its own, however, we know that Obama said the same thing and we saw what actually happened in 2013.

Likewise, for the moment Macron doubts that there is a credible alternative, and affirms that he has not yet met the right actor, which is true, since the oppositions were not able to bring out one or two credible figures in six years of conflict! So, Macron seems to get close to Russia, keeping, however, a distance from the Ukrainian crisis. In brief, he seems to prefer a realistic attitude and adopts a centrist position, as he already did in his electoral campaign.

EPOS, Eleonora Lamio: What will France do in Libya with the new presidency?

Pierre Berthelot: Concerning this complex issue, he will certainly listen to Jean-Yves Le Drian, the new Foreign Affairs Minister and above all the old and influent Socialist Defense Minister of François Hollande (2012-2017). With a few others, he is one of the most long-lasting Ministers and he is considered the best for his role. In fact, Hollande, when he discretely replaced Jean-Marc Ayrault who was his Prime Minister, thought about choosing the faithful Le Drian instead of Valls, who he bewares, quite rightly! With him, weapon market exploded and France managed to sell its famous Rafaels planes, which were considered unmarketable, to Egypt, India and Qatar. Le Drian followed meticulously the Lybian crisis and is afraid of France being again military involved, having to face the anarchy which reigns in Lybia. However, he knows that this is complex, since all French forces are currently involved abroad (mainly in Africa and in the Middle East) and if we want to respect our defence budget around 2% (which also includes the internal missions which have increased since the attacks of 2015).

However, the shy reconciliation made with Putin, following his visit to France, may be achieved in Lybia, since Russia was recently involved at the sights of general Haftar, whom France discretely supported (officially France supported the official government supported by the United Nations). Moreover, Macron also criticised the French and British intervention of 2011 in Lybia, and in general the “neo-conservatives”, who were in favour of using force to impose human rights. He thinks that these ideas too often influenced France lately, and failed, as we have seen it, in Iraq, Lybia and South Sudan. All this shows that he will act prudently and will not be influenced by false images and data furnished by independent organisations or commissions, which is what most actors do in foreign policy.

EPOS, Eleonora Lamio: Which kind of foreign policy will Macron lead with North African countries? And with the ones from francophone France?

Pierre Berthelot: With North African countries, Macron will keep trying to play the “equilibrium role”, like all others French presidents, plus this corresponds to his attitude and to his political line. It is often said that Morocco is privileged because France always supports Rabat regarding the Western Sahara issue among the UN Security Council, where we are a permanent member with veto right.  We also have Algeria, which on contrary of Morocco, is an “energy” power and France imports important amounts of fuel and gas. Regarding tensions between Russia and Europe, and the recent crisis between Qatar and its neighbours, Paris, who does not have hydrocarbon resources, has no interest in fighting with its ancient colony, which plays an important role in the Saharan region nowadays destabilised by terrorism. Algerian influence is also very present in France with the Grande Mosquée of Paris, which’s rector is paid by Algeria and which is an important voice among French Islam (this one contains a large Algerian community, almost two million people). However, Algeria’s role in Africa, very important in the past, is less relevant nowadays (also due to the health conditions of its president Bouteflika). In fact, Algeria could not stop the return of Morocco to the African Union.

However, Morocco, especially since Mohamed VI, has a real “African policy”, especially in the economic field. This means that there are some complementarities with Paris, but also a sort of competition. Generally, regarding Africa and the “francophonie”, there could be only a symbolic fracture, since France can not step back and can not be involved since there are not enough financial means.

EPOS, Eleonora Lamio: Which role will the OIF have in Macron’s foreign policy?

Pierre Berthelot: The OIF is considered by the majority a failure. An empty shell, which costs a lot and is useless. Critics multiply since the election of Michelle Jean, globally considered incompetent and spender, especially for her own needs. After the long period of Abdou Diouf (previously president of Senegal, three mandates), there was the need of a fresh presidency, and electing a woman, young, with a previous prestigious title (general governor of Canada), and original from Haiti, seemed a good option. However, she does not deeply know Africa, which is the heart of OIF.

Henri Lopes, for a long time ambassador of Congo-Brazzaville in France, who knows very well the African security issues, was a better candidate and had the support of many African countries but Holland’s veto. This because he wasn’t very young at the time of the election for President General of OIF in 2014. On top of that, he was linked to a president considered authoritarian, who was suspected of having rigged the precedents elections in Congo.

The election of Jean marks the end of a tradition: the one that stated that the political charge was taken by an African, and the executive one by a francophone, coming from a rich country, except France, which means Belgium, Switzerland or Canada (who became the largest financial contributor of OIF after France, which has influenced the election of Michelle Jean).

EPOS, Eleonora Lamio: Do you think that Macron will develop a strong European foreign policy focused on the Mediterranean?

Pierre Berthelot: I don’t think that the Mediterranean is a priority for the EU, which is much more focused on Central and Eastern Europe, especially under the German influence. Probably it is a mistake. It is from the Mediterranean that come the major threats for the EU and France. But the EU is less realistic than ideological, and under the German impulse was torched the idea of a “Mediterranean Union” proposed by Sarkozy in 2007, and instead created the Union for the Mediterranean with more than 40 states, including the Scandinavian ones, so far away from our geographical area. On top of that, there should be a common political line, which is absolutely not the case, especially regarding the immigration crisis, Turkey, Syria, Islam, borders, etc… If Macron wants to get the Member States together, there must be a harmonisation of the political and economic doctrine, which is far away from what we have now. Maybe he will opt for a “reinforced cooperation”, integrating only some of the Member States which share his political line about concrete projects, in order to act quickly. By tradition, France has an ambitious Mediterranean politic because it is in its interest and in the ones of the other States of the sea shores.

 

__________

 

(FRENCH VERSION)

EPOS, Eleonora Lamio: Que fera Macron face au terrorisme qui a frappé la France ? Quelles décisions prendra-t-il pour ce qui regarde la défense ?

Pierre Berthelot: La question du terrorisme est apparue comme un des rares points faible de Macron ( 24% au premier tour de la présidentielle ), avant tout spécialiste des questions économiques pendant la campagne électorale et cet enjeu, qui a pris une place très importante en France depuis 2015 (plus de 250 morts et des centaines de blessés liés au terrorisme)  a permis à la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen ( 21 % au premier tour ), de se qualifier au second tour et au candidat de la droite, François Fillon ( 20% au premier tour )  de terminer avec un score honorable  alors qu’il était miné par les scandales financiers. Macron a annoncé et lancé une «task force » qui regroupe les principaux responsables des services de renseignement autour d’un coordinateur. Mais la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine qui pourra prendre des années voire plus et il faudra agir sur le plan interne et externe. Macron n’a pas voulu adopter des méthodes jugées comme radicales, à savoir l’expulsion immédiate des personnes étrangères avec une « fiche S », c'est-à-dire suivies pour radicalité politique ou religieuse. Le nouveau président est partisan, pour le moment, de l’application stricte du droit et il considère qu’un suspect a le droit à un procès, et qu’ensuite c’est le renseignement humain qui permettra de lutter contre le  terrorisme, et sur ce point au moins, il a raison. Maintenant, certains le soupçonne de laxisme face à l’islam politique, et affirment qu’il ne serait pas prêt  à lutter de toutes ses forces contre ce phénomène, même s’il faut bien sur se garder de faire un amalgame entre islamisme et terrorisme, mais en laissant se développer cette tendance comme on l’observe en France depuis des années, on risque de rendre peu crédible la lutte contre l’excroissance monstrueuse de l’islam politique radical qu’est le terrorisme de type djihadiste. Pour le secteur de la défense, il s’est engagé à maintenir un minimum de 2% dans le budget national mais dans le même temps, il vient de nommer à la tête du ministère Florence Parly,  quelqu’un qui ne connait pas ce secteur mais qui est en revanche  réputée pour sa connaissance des questions financières, ce qui peut vouloir dire qu’elle surveillera attentivement toute dépense superflue. De plus, les marges de manœuvre sont étroites avec un déficit budgétaire lissé par le précédent gouvernement plus important que prévu.

EPOS, Eleonora Lamio: Que fera Macron pour améliorer l'intégration des étrangers en France?

Pierre Berthelot: Améliorer l’intégration des étrangers et plus largement celles des Français d’origine étrangère est une priorité car c’est l’un des échecs les plus flagrant auquel la France fait face depuis plus de trente ans et aucun gouvernement n’a réussi dans ce domaine malgré les sommes colossales engagées dans le cadre de la « politique de la ville », sit des dizaines de milliards d’euros, voire plus. On verra bien si Emmanuel Macron peut changer quelque chose dans ce domaine et on jugera aux actes et aux résultats même si une de ses idées et qu’il faut développer et favoriser l’esprit d’entreprise. Il a aussi favorisé l’émergence des chauffeurs privés de type UBER dont la grande majorité est originaire de quartiers réputés difficiles et où résident d’importantes populations étrangères ou d’origine étrangère. Mais on peut se demander si c’est un modèle économique viable, car leurs revenus ont chuté, et aussi éthique, car la protection sociale y est plus faible et la charge de travail très importante.

EPOS, Eleonora Lamio: Est-ce-que l'élection de Macron a été reçue positivement par la population d'origines arabe?

Pierre Berthelot: D’abord, il conviendrait de dire plutôt d’origine musulmane, voire d’origine maghrébine car on met parfois à l’intérieur de ce terme des personnes qui ne sont pas arabes mais berbères. L’accueil est mitigé, puisqu’il y a d’un côté des points positifs qui sont que Macron,  est considéré comme n’ayant pas une attitude a priori hostile à l’expression de la religion musulmane, y compris de façon visible, comme cela lui a été reproché par ses adversaires de droite ou d’extrême-droite : il est ainsi pour le port du voile à l’université, voire sur le lieu de travail, si c’est dans un cadre privé ( et non public ) et acceptent que des femmes voilées accompagnent des sorties scolaires ( ce que refusent droite et extrême-droite). De plus, de nombreux élus d’origine musulmane ont été élus récemment aux élections législatives (3% de l’Assemblée Nationale) et ont soutenu Macron, et même si cela est inférieur par rapport à leur poids dans la société française (environ 10%), il y a un incontestable progrès. Par ailleurs,  son bras droit, Richard Ferrand, qui a pris la tête de l’important groupe parlementaire du parti crée par Macron, a financé un mouvement pro-palestinien. Macron est aussi connu pour avoir soutenu les chauffeurs privés comme UBER ou autres, comme cela a été souligné. Enfin, chez ces populations d’origine musulmane, peut-être plus encore que chez les autres, il existe une vraie lassitude des promesses politiques et notamment de la gauche de gouvernement. Il représente donc un espoir, un nouveau visage, quelqu’un qui est différent des autres car ce n’est pas un homme politique professionnel.

On considère que près d’un tiers de cette population, quand elle a voté (car une partie importante s’est abstenue comme l’ensemble de la population française) s’est tournée vers Macron au premier tour (et plus encore au second tour, face à l’extrême-droite), ce qui est une belle performance, l’autres tiers ayant voté pour Mélenchon, candidat de la gauche anti-capitaliste et pro-palestinienne, les autres candidats recueillant le reste.

Cependant, l’inquiétude de tous ceux  qui ne l’ont pas soutenu vient du fait qu’il a considéré que reconnaître la Palestine comme Etat ne servirait à rien, et que parmi ceux qui l’ont soutenu, figurent aussi des pro-israéliens issus du monde de l’entreprise par exemple. Il inquiète aussi ceux qui sont issus de milieux défavorisés (majoritaire chez ces populations) qui craignent une régression sociale car Macron est plutôt proche de la droite sur le plan économique. Enfin, parmi les trente membres du gouvernement, ne figure qu’une seule personne issu du monde arabo-musulman, et encore, à un poste très secondaire. Donc, il fait moins bien que Sarkozy, l’ancien président de droite, pourtant peu aimé de cette population d’origine arabo-musulmane qui en avait plusieurs dans son gouvernement et à des postes très importants (ministère de la justice) ou encore François Hollande (qui a un moment en avait nommé trois). Mais il est vrai que le nombre de députés comme cela a été souligne issu de cette communauté augmente sensiblement. Il faudra aussi voir au niveau des nominations de la haute fonction publique.

EPOS, Eleonora Lamio: Quelle sera la position de Macron dans la crise syrienne, étant donné le rapport très délicat entre la Russie et les États Unis et leur rôle dans celle-ci?

Pierre Berthelot: Sur la crise syrienne, la position de la France est délicate car elle a été marginalisée ces dernières années alors qu’elle y bénéficiait d’une vraie expertise et influence puisque ancien territoire sous contrôle français (de 1920 à 1945) et aussi car elle fut avec Jacques Chirac, le seul pays occidental à se rendre aux funérailles de Hafez El Assad, père de l’actuel chef d’Etat syrien. Elle a été décrédibilisée quand, prête en 2013 à répliquer aux attaques chimiques attribuées au régime syrien, elle a du reculer au dernier moment lâchée par les Américains. Elle n’a plus les moyens militaires  de peser seule et doit donc envisager des alliances mais avec qui ? Les Etats-Unis ? Il est difficile de considérer que Trump est un allié fiable et qu’il ait une ligne cohérente dans la durée. L’Union européenne ? Elle n’a pas pu depuis des années définir une ligne unie sur le Proche-Orient et on verra si les efforts de Macron lui permettront d’être plus cohérente elle aussi. La Russie ou l’Iran, principaux alliés de la Syrie ? Macron a fait un pas en cette direction, en affirmant dans un entretien consacré à la politique étrangère et donné récemment, après le second tour des élections législatives, que Bachar El Assad n’était pas l’ennemi de la France, mais du peuple syrien et qu’il n’y avait donc plus comme préalable son départ avant toute négociation sur l’avenir de la Syrie, avec cependant une ligne rouge : l’utilisation d’armes chimiques, auquel cas la France pourrait intervenir seule, mais on sait qu’Obama avait dit la même chose et on a vu ce qu’il est advenu de cet engagement en 2013.

De même, Macron doute qu’il y ait pour le moment une alternative crédible, et affirme qu’on ne lui a pas encore présenté l’homme providentiel, ce qui n’est pas totalement faux, car ce qui est incroyable c’est que l’opposition n’a pu faire émerger une ou deux figures crédibles et consensuelles en six ans de conflit ! En se positionnant ainsi, Macron semble se rapprocher de la Russie tout en conservant une distance comme on a pu le noter à propos de la crise ukrainienne. Bref, il semble privilégier un aggiornamento réaliste et adopte une position centriste comme il l’a fait pendant la campagne électorale.

EPOS, Eleonora Lamio: Quel comportement aura la France de Macron pour ce qui regarde la Libye?

Pierre Berthelot: Sur ce dossier complexe, il écoutera  très certainement Jean-Yves Le Drian, le nouveau ministre des affaires étrangères  et surtout ancien et influent ministre socialiste de la défense pendant cinq ans sous François Hollande ( 2012-2017 ). Outre un record de longévité partagé  avec une poignée d’autres ministres, il a surtout été considéré comme le  meilleur à son poste, à tel point que Hollande, quand il a remplacé le très discret Jean-Marc Ayrault au poste de premier ministre a sérieusement envisagé de mettre ce fidèle plutôt que Manuel Valls dont il se méfiait, à juste titre ! Avec lui, la France a explosé ses ventes d’armes et a réussi à vendre ses fameux avions Rafales, qui étaient réputés invendables, avec trois contrats importants Egypte, Inde et Qatar). Le Drian a donc suivi avec attention la crise libyenne et juge qu’à terme il est possible que la France risque de devoir s’impliquer à nouveau militairement face à l’anarchie qui règne mais il sait que cela est compliqué car les forces françaises présentes à l’étranger ( Afrique et Moyen-Orient pour l’essentiel ) sont déjà à leur maximum et s’il est prévu de maintenir le budget de la défense autour de 2%, cela tient compte des missions sur le territoire français qui ont augmenté suite aux attaques terroristes de 2015 et 2017. En revanche, le rapprochement, timide, effectué avec Poutine, suite à sa visite en France, pourrait trouver une concrétisation sur le terrain en Lybie, puisque la Russie est impliquée depuis peu, notamment au côté du général Haftar que la France soutiendrait discrètement bien qu’officiellement  elle le nie et ne reconnaisse que le gouvernement officiellement soutenu par l’ONU et autres puissances. Macron a aussi critiqué l’intervention française en 2011 en Lybie ,en duo avec les Britanniques, et avec un soutien appuyé des Etats-Unis, et d’une manière  générale ce que l’on appelle les « néo-conservateurs » partisans des ingérences pour imposer les droits de l’homme, des idées qui comme il l’a justement rappelé on trop influencé la France ces dernières années et ont lamentablement échoué comme on l’a vu en Irak, en Lybie, voire au  Sud-Soudan par exemple. Tout ceci montre qu’il sera prudent et n’agira pas sur le coup de cette « dictature de l’émotion » pour peu qu’il ne se laisse pas manipuler par de fausses images ou informations fournies par de pseudo organisations ou commissions indépendantes, ce qui est monnaie courante en politique étrangère.

EPOS, Eleonora Lamio: Quelle politique étrangère mènera Macron avec les Pays du Maghreb? Et avec ceux de l'Afrique francophone?

Pierre Berthelot: Avec les pays du Maghreb, Macron jouera probablement l’équilibre comme l’on fait presque tous les présidents français qui se sont succédé et en plus cela correspond à son tempérament et à sa ligne politique. On affirme souvent que le Maroc bénéficie d’une préférence des hôtes de l’Elysée car la France soutient presque toujours Rabat à propos du Sahara occidental au Conseil de sécurité de l’Onu dont elle est membre permanent avec droit de veto. Mais on ne peut négliger l’Algérie, car contrairement au Maroc, c’est une puissance énergétique et le France importe beaucoup de gaz et de pétrole. Dans le contexte de tensions entre la Russie et l’Europe, et la crise qui vient de surgir entre le Qatar et ses voisins, Paris, qui n’a pas de ressources hydrocarbures n’a pas intérêt à se fâcher avec son ancienne et ombrageuse colonie qui de plus joue un rôle important dans la zone sahélo-saharienne aujourd’hui déstabilisée par les mouvements djihadistes et terroristes. L’influence algérienne est aussi présente en France à travers la grande mosquée de Paris, dont le recteur est payé par l’Algérie et qui est une voix qui compte dans l’islam de France où réside une importante communauté d’origine algérienne (près de deux millions de personnes selon plusieurs sources). Cependant, le rôle de l’Algérie en Afrique, autrefois majeur est aujourd’hui en déclin, à l’image de la santé du président Bouteflika, et elle n’a pu ainsi s’opposer au retour du Maroc au sein de l’Union africaine. Par contre, le Maroc, déploie depuis l’accession au trône Mohamed VI une vraie politique africaine, notamment sur le plan économique.  Et des complémentarités sont ainsi possibles avec Paris, mais aussi une forme de concurrence.

Plus généralement, sur l’Afrique et la francophonie, on ne voit pas quelle rupture autre que symbolique, domaine dans lequel Macron excelle, on pourrait proposer, car la France  ne peut se désengager ni trop s’investir faute de moyens financiers. Les transitions démocratiques sont désormais monnaie courante depuis la chute l’ex-URSS. Il peut en revanche essayer de réussir une vraie alternance  dans des pays où il n’y en a pas eu depuis très longtemps, soit plusieurs décennies (Tchad, Congo-Brazzaville , Cameroun…) , ce qui sous entend que cela ne soit pas un proche du président actuel ou issu de son clan, et que cela se passe sans violences.

EPOS, Eleonora Lamio: Quel rôle aura l'OIF dans la politique étrangère de Macron?

Pierre Berthelot: L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est considérée par la plupart des observateurs comme un échec. Une coquille vide, qui coute beaucoup d’argent et ne sert pas à grand-chose. Les critiques peuvent depuis l’élection de Michelle Jan qui est jugée notoirement incompétente et dépensière, surtout pour ses  besoins personnels. Il fallait après la longue période d’Abdou Diouf (ancien président du Sénégal, trois mandats) que l’on instaure un semblant de fraicheur et de nouveauté avec une femme, relativement jeune et ancienne titulaire d’un poste prestigieux mais plutôt honorifique (gouverneure général du Canada) et d’origine haïtienne. Mais elle ne connait presque rien à l’Afrique qui est au cœur de l’action de l’OIF. Henri Lopes, longtemps ambassadeur du Congo-Brazzaville en France, très bon connaisseur des enjeux sécuritaires du continent noir aurait fait un meilleur candidat et il avait le soutien de beaucoup de pays africains, mais il ya eu un veto de Hollande, car il n’était plus tout jeune lors de l’élection du secrétaire général de l’OIF en 2014, et de plus  lié à un président jugé autoritaire qui aurait truqué  pour paris les récentes élections présidentielles pour être encore réélu. Cette élection marque de plus une rupture avec l’usage qui voulait que le poste politique ( le secrétariat général )  soit occupé par un africain et le poste exécutif, ( direction générale, en charge notamment des finances), par un francophone isu d’un pays riche, à l’exception de la France ( qui abrite le siège de l’OIF ), soit la Belgique, la Suisse, ou le Canada de venu par ailleurs le plus gros contributeur avec la France de l’OIF, ce quia joué dans l’élection de Michelle Jan.

EPOS, Eleonora Lamio: L’action de Macron permettra-t-elle de developper une politique etrangère europenne forte centrée sur la Méditerranée?

Pierre Berthelot: Il ne semble pas que la Méditerranée soit une priorité de l’Union européenne ( UE) qui se préoccupe beaucoup d’Europe centrale et orientale, notamment sous influence allemande. Probablement à tort car c’est de la Méditerranée que viennent les menaces majeures pour l’UE et la France. Mais l’UE est moins réaliste qu’idéologue et on a vu que sous l’impulsion de l’Allemagne, qui avait torpillé l’idée dune « Union méditerranéenne » lancée par Sarkozy en 2007, devenue l’Union pour la Méditerranée avec plus de 40 Etats dont les scandinaves, si loin e cette zone ! De plus, il faudrait une ligne politique commune, ce qui est loin d’être le cas sur la question migratoire, la Turquie, la Syrie, l’islamisme, les frontières, etc .. Seul, Macron aura du mal, mais s’il veut associer l’Europe, il faut au préalable qu’un travail d’harmonisation de la doctrine politique et économique soit mis en place, ce qui est encore loin d’être le cas. Il peut aussi être tenté par des coopérations renforcées, en intégrant certains Etats seulement et partageant sa ligne politique sur des projets concrets pour ne pas attendre le feu vert de Bruxelles  ou de Berlin. La France a une tradition ancienne qui est d’avoir une politique méditerranéenne ambitieuse car elle considère que cela correspond à son intérêt et aussi à celui des Etats des deux rives.

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

DISCLAIMER: The views expressed in this article are the interviewed’s own and do not necessarily reflect EPOS WorldView’s editorial policy


Last modified on Tuesday, 25 July 2017 09:00
Login to post comments
EPOS PARTNERS
Epos Audio Playlist
Open in new window
Epos Suggested Links